Mohamed Aouragh

Accueil » Poèmes » IMI NIGHRAM*

IMI NIGHRAM*

Imi Nighram
Beauté inouïe
Inchangée depuis
Mémoire éternelle
Lieu de palabres
Hamou le barde
Conteur troubadour
Entouré de ses fidèles
D’un geste ancestral
Avec sa branche d’olivier
Il chasse les mouches
Se racle la gorge
Crache au loin
Puis d’une voix saccadée
Hamou l’orateur
Livre Tamdiazte*
Narrant les difficultés
Des gens de la vallée
Des notables enrichis
Disputes et conflits
Haine et jalousie
Entre les tribus
Terrains confisqués
Par les riches et les autorités…

Il raconte les destinées
De Rabha la belle fiancée
Promise dès l’âge de six ans
Mariée l’année de ses treize ans
À un riche vieillard édenté
Hadou Bou-Takrabte*
Adulateur d’Iqaridnes*…

Rabha la jeune mariée
A brulé les étapes de sa vie
Son ventre s’est arrondi
Emportée d’une hémorragie
La veille d’accoucher
Dans sa contrée éloignée…

Sa cousine l’effrontée
Appelée la dulcinée
Hadda la belle
Hadda la rebelle
A juré de ne pas se marier
Douée pour la poésie
Bergère elle la récitait
Dans les fêtes elle la chantait
Puis des rumeurs insensées
Ont couru à son sujet
Alors un soir elle s’est enfuie
Pour essayer de vivre sa vie
Plus tard loin de ce pays
Elle est devenue une célébrité…

Les manigances et péripéties
Du Moqadem*le dépravé
Fils d’ancien collaborateur
Bras droit des racketteurs
Immonde conspirateur
Agent fourbe resquilleur
Aide du Caïd méprisant arrogant
Qui lâche ses sbires bedonnants
Tels des chiens enragés
Traversant tôt le marché
Bousculant d’autorité
Ceux qui par étourderie
Ou contestataires enhardis
Entravent leur chemin
De son sanctuaire immaculé
L’ancêtre de la tribu
Veille de loin…

Imi Nighram
Lieu de passage
De paroles de commérages
De verves de compliments
Va et viens incessants
Baha la veuve la brave
Visage sec regard furtif
Chaussures Doustour*aux pieds
Traîne le bas de sa robe
Soulevant la poussière
Essoufflée et fatiguée
Elle porte un fagot
De bois sur le dos
Ses enfants diablotins
Regard et sourire coquins
Courent pieds nus
Derrière deux caprins
Des figues dans les mains…

Moha l’érudit
Le solitaire l’aigri
Son lopin de terre irrigué
Rentre fourbu et pressé
La Djellaba sur une épaule
La pioche sur l’autre
Un panier à la main
Des légumes de son jardin
Au passage il lance
Un geste à la Jmaâ*…

Arrivent de la source
À petits pas épuisés
Des fillettes bien chargées
De bidons d’eau orangés…

L’aïeule Lalla Fadma
Bientôt centenaire
Édifiante de regard
Sage-femme du Ksar
Dans sa main bénie
De la menthe pour le thé
Elle passe le dos voûté
Lassitude des années
Cheveux rouges de henné
Couvert d’un foulard coloré
Visage tatoué ridé
Elle porte un tissu foncé
Par des fibules attaché
Une grosse clé rouillée
À sa ceinture accrochée
Certains jeunes à l’entrée
Du Ksar fortifié
Lui embrassent la main
Cette main respectée
Qui a emmaillotée
Tant de nouveaux nés…

Imi Nighram
Lieu de repos apaisant
Ouvert accueillant
Pour l’étranger de passage
Pour les gens de voyage
Pour Ataâr* aux mille métiers
Vendeur cordonnier
Qui décharge son âne
Plante sa guitoune
Soudeur de théières usées
Arracheur de dents mal soignées
Coiffeur Fkih*à l’occasion voyant
Il établit des amulettes aux gens
Pour éloigner les Djinns et les méchants
Réparateur de sandales Michelin adaptées
Aux rudes sentiers escarpés…

Imi Nighram
Passé d’abondance
De rencontre de tolérance
Fleuron de fêtes d’allégresse
D’enterrements de tristesse
Passage d’ânes de mulets
De foin de luzerne chargés
De bétail partant au levé
Paître entre Alfa et pierres
Broussailles et poussière
De bétail rentrant au couché
Après une longue journée…

Imi Nighram
Fraîcheur les jours de canicule
Abri du vent et du froid
Patrimoine authentique
Rencontre de générations
Parfum du passé
Silence habité
Lieu abandonné
Au vent de l’oubli.

À la poétesse berbère MRIRIDA N’AÏT ATTIK
À René EULOGE qui l’a fait découvrir
À Saghru Band et à Nba le chanteur du groupe

Imi Nighram : entrée du ksar lieu de passage de rencontre des habitants et lieu de réunion de Jmaâ
Tamdiazte : poème berbère relatant la vie quotidienne des villageois et transmettant l’information d’une région à l’autre
Takrabte : sac en bandoulière
Iqaridnes : l’argent
Moqadem : agent d’autorité
Doustour : chaussures en caoutchouc
Jmaâ : assemblée de représentants des villageois
Ataâr : vendeur ambulant
Fkih : connaisseur des préceptes de l’islam

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Follow Mohamed Aouragh on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :