Mohamed Aouragh

Accueil » Poèmes » MIMOUNA*

MIMOUNA*

Maudites tâches et corvées
De cette source éloignée
MIMOUNA arrive chargée
De deux bidons d’eau
Et son petit frère sur le dos
Péniblement elle gravit
Ce sentier caillouteux escarpé
Interminable et rude montée
Ses sandales en plastique usées
Torturent et abîment ses pieds
Silhouette malingre éreintée
Courbée cassée essoufflée
Regard triste et âgé…

C’est le premier jour de l’été
Soleil brûlant éblouissant
En ce nouveau matin
Au croisé des chemins
Deux touristes visiteurs
Voyageurs randonneurs
Bienveillant proposent
À MIMOUNA de l’aider
Puis de l’accompagner
Pour visiter et admirer
Ce Ksar féerique en pisé
Typique et enchanté…

MIMOUNA au début intimidée
Finalement rassurée les guide
Puis leur offre un verre de thé
Son père accueillant
Chaleureux avenant
Leur propose de rester déjeuner
Et même de séjourner…

Les touristes sont heureux
Curieux comblés et chanceux
De comprendre de s’imprégner
De vivre et faire partie
De ce mode de vie
Tellement souhaité et rêvé
Ils aident et participent
Aux tâches aux activités…

MIMOUNA la débrouillarde
Habilement leur sert de guide
Pour les visites et randonnées
Elle parle si bien le français
A l’école elle est assidue et douée
Après les tâches et les corvées
Elle prend le temps de rêver
Dans son cartable bien protégé
Des livres une trousse des cahiers
Que des associations et ONG
Distribuent chaque année
Son trésor toujours reste terré
Dans une cachette précieuse
Loin des petites mains curieuses…

Mais faute de moyens
Elle n’ira pas loin
C’est la dernière année
La misère et la pauvreté
Ne lui permettent pas de continuer
Ses études dans ce collège éloigné…

Après quelques jours passés
Les invités sont bouleversés
Par cet accueil spontané
De ce séjour ils se sont enrichis
Et surtout ils ont compris
Que ce merveilleux pays
N’est pas que paradis…

De cette rencontre innée
D’amitié et de convivialité
Un parrainage est né
Depuis cette année
Ces nouveaux amis
Payent à MIMOUNA
Son internat et sa scolarité
Cette rencontre inespérée
Va changer sa destinée…

D’autres jeunes filles
Des régions enclavées
N’ont pas cette chance
Dès leur treizième année
Elles restent à la merci
D’un mariage forcé
Ou partent travailler
Comme petites bonnes
En ville chez des familles aisées…

MIMOUNA* : prénom qui signifie « née sous la bonne étoile »
Des milliers de petites filles des régions enclavées au Maroc ne sont pas nées sous cette même étoile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Follow Mohamed Aouragh on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :