Mohamed Aouragh

Accueil » Poèmes » TANGER Des Rêves Brûlés

TANGER Des Rêves Brûlés

Tanger la réputée
Tanger la visitée
Aux illustres réfractaires
Aux héros légendaires
Tarik le chevalier
Conquérant de l’Andalousie
Ibn Battouta l’aventurier
Adulateur de l’Asie…

Tanger la cultivée
Aux nuits enflammées
Aux orateurs insoumis
Bowles, Akalay, Choukri
Mrabet, Yacoubi, Chraïbi
Conteurs invétérés
Écorchés et passionnés…

Tanger l’été
De ta colline élevée
Au Café HAFA*
Rêvant de là bas
Un chômeur diplômé
Serre sa tasse de café
Le regard arrêté
Sur l’horizon éclairé
Soudain surgit pressé
Le garçon du café
Avec la note à régler…

Tanger en tenue de soirée
Aux opulences effrontées
Narguant l’extrême pauvreté
Des rêves avortés
Des parias sans espoir
N’ont que leurs yeux pour voir
Les arrogants arrivistes
Les véreux affairistes
Les Jet-ski qui frondent les plages
Et les grosses berlines le soir
Qui paradent sur les boulevards…

Tanger des rêves brûlés
De l’autre côté
Des enfants de tout âge
Espèrent atteindre l’autre rivage
Terrés pourchassés dans le port
Loin de tout confort
Se faufilent dans des camions
Attendent bravement l’occasion…

Les subsahariens aussi
N’échappent pas à cette tragédie
Au péril de leur vie
En masse ont débarqué
De leurs villages exilés
Parcourant les déserts à pieds
Leur rêve s’achève ici
Sans aucun acquis
Ni d’autres appuis
Détroussés exploités
Pourchassés maltraités
Haïes survivent isolés
Dans la promiscuité
Des hôtels délabrés
Ou dans la forêt
Loin des regards de mépris…

Flâneries au port de Tanger
Bateaux rapides à l’arrivée
Déversent des flots d’RME*
La grande majorité
Songent toute l’année
Attendent nostalgique
Cet instant unique
La famille au complet
Étreindre le pays
Resserrer les liens
Partager des biens…

D’autres RME*
Sans gène ni humilité
Exhibent leur opulence et fierté
Devant un étendard d’éraflés
Qui n’ont comme destinée
Que LHOGRA*à ruminer
Leurs regards balafrés
Par les peines de la vie
Passent leur temps à rêver
Une ultime traversée
Rejoindre l’Europe tant espérée
Dans des PATERAS*mal assurées
Larguer à jamais Tanger
Et leurs rêves brisés
LAHRIG issue de survie
Appel mortel au paradis…

Café Hafa* : café de la falaise réputé pour accueillir de nombreux écrivains
RME* : résident marocain à l’étranger
LHOGRA* : méprise
PATERAS* : barque de fortune pour transporter les clandestins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Mohamed Aouragh on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :