Mohamed Aouragh

Accueil » Poèmes » AÎCHA N’IMILCHIL*

AÎCHA N’IMILCHIL*

Publicités

A l’aube de ta vie
Ta mère vous a quittés
Poussant un dernier cri
De souffrance emportée
Par une hémorragie
La veille d’enfanter…

Cette maman courage
Fatiguée avant l’âge
Depuis sa nuit de noce célébrée
Jusqu’à sa mort prématurée
Condamnée à procréer
A trimer à porter à éduquer…

A l’époque dans ta région
Le soulèvement la rébellion
Années de plomb et frustrations
Contestations et arrestations…

Ton Douar s’est révolté
Répression et misère
Ton grand-père ton père
Et tes deux frères
Enlevés interrogés
Incarcérés humiliés torturés…

Le temps s’est écoulé
Ils sont enfin délivrés
Ton grand-père s’en est allé
Séquelles des violences infligées
Ton père lourdement marqué
Depuis il n’a plus sa raison
Il reste prostré à la maison…

Puis la réconciliation souhaitée
Par l’IER* et les autorités
Quelques victimes indemnisées
Des tortionnaires apaisés
Sans être ni jugés ni inquiétés…

S’écoulent les années
Rien ou presque n’a changé
Dans ta lointaine contrée
Meurtris et terrassés
Les hommes se sont exilés
Dans des villes pour travailler
Les femmes se morfondent esseulées
Alourdies par des microcrédits
Élevage de chèvres et brebis
Tissage de couvertures et tapis
Vicissitudes meurtrissures et survie…

Parfois une lueur de changement
En dépit de faibles rendements
Constructions et infrastructures
Écoles coopératives et dispensaires
Travail résultats et opiniâtreté
D’associations solidaires et engagées…

Ton quotidien rudimentaire
Dans ta compagne austère
A t’occuper de tes sœurs
Et voir s’exiler tes frères
Comme toutes tes amies tu dois
T’accommoder des us et des lois
Que le prédicateur de la mosquée
Prêchant tel un messie
De nouveaux modes de vie…

Acculée à tant de corvées
Survivre te dépasser t’adapter
Cela n’affecte pas ton énergie
Sans cesse débordante de vie
Ta joie ton regard pétillant
Ton humeur accueillant
Ta lucidité et ton courage
Vaillante malgré ton jeune âge…

Dans ton Douar chaque année
Le MOUSSEM* des mariés
Est vivement organisé
Dans ces cimes de beauté
IMILCHIL* princesse choyée
Belle est bien animée
Les habitants de cette localité
Sont heureux aujourd’hui
Autour du modeste mausolée
De Sidi Ahmed Oulmghenni*
Tradition et légende perpétuées
Un digne hommage approprié
Aux deux amoureux suicidés
Dans les lacs TISLIT* et ISLI*…

Vaste curiosité touristique
Aux allures si authentiques
En cette période de festivités
D’échanges et de convivialités
Rassemblement envoutant des tribus
Durant cet événement tant attendu…

Les Bendirs* lancent la cadence
Ahidous* et Izlanes*rythment les danses
Imdiaznes*concourent de poésie
Dans cette ambiance frôlant la frénésie
Comme toutes les filles de ton âge
Tu souhaites rencontrer et te marier
Avec le prince charmant rêvé…

à AICHA OUHARFOU, à sa famille
Et à la tribu d’AIT HDIDOU

IER* : Instance Équité et Réconciliation. Le but de cette commission est de réconcilier le peuple marocain avec son passé durant les années de plomb sous le règne du roi Hassan II.
MOUSSEM* : fête et rassemblement des tribus après le ramassage des récoltes.
IMILCHIL* : village du haut-Atlas dans la province de MIDELT, ou se déroule chaque année le festival des fiançailles
Les lacs TISLIT* et ISLI* : deux lacs au nom de « la mariée et le marié » à qui on attribut une légende, celle d’un amour impossible entre deux jeunes qui se sont suicidés suite à un conflit entre leurs tribus respectives qui refusaient leur union.
Sidi Ahmed Oulmghenni*: tombeau d’un saint d’IMILCHIL.
Bendirs* : tambourins
Ahidous* : danses
Izlanes* : chants
Imdiaznes* : poétes

Publicités

Un commentaire

  1. Moha Oustouh dit :

    Fantastique poème dédié à une femme innocente et victime de l’injustice humaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Follow Mohamed Aouragh on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :